albiziabooks

*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*

GÉNÉRATIONS – 29.12.2012
09/01/2013

SACHANT QUE LA VIE NOUS JOUE DES TOURS…
Un grand sourire, des yeux qui pétillent et des idées plein son cartable. Déjà prof de chinois et enseignante en arts martiaux sans oublier son rôle de mère de famille, la Lausannoise Christine Wirz, 39 ans, s’est lancée dans une nouvelle aventure pleine de promesses. Avec l’aide de son amie, Alessandra Marchetto, elle a concocté son Book de famille qui, avant-même sa sortie, a déjà été précommandé dans de nombreuses librairies de romandes, sans doute en raison de son aspect intergénérationnel.

Comment est née cette idée? – A la suite de la maladie de mon père, il y a plus d’une année, j’ai réalisé soudain qu’il me manquait beaucoup de souvenirs de ma mère, que j’ai connue seulement jusqu’à l’âge de treize ans. Sachant que la vie nous joue des tours, je me suis dit que j’aimerais que mon fils ne connaisse pas pareille mésaventure, qu’il soit au courant, au cas où il arriverait un coup du destin. Autrement dit, j’avais envie de laisser quelque chose. J’ai réalisé alors très vite combien ça pouvait être important de transmettre quelque chose à sa descendance, que cela pouvait la soulager. D’où l’idée de ce Book de famille, que j’ai voulu volontairement pas triste, mais pétillant et riche de poésie.

Pourquoi ce besoin de légèreté? – Même si on aborde un sujet qui peut être triste, je voulais rester très positive. Ce livre Un peu de moi… pour toi, n’est d’ailleurs jamais indécent ou intrusif. Celui qui le remplit doit, par exemple, dire ce qu’il aime manger, parler de ses bons souvenirs, de certains instants de son quotidien et de quelques-uns de ses sentiments. On peut apprendre beaucoup sur le compte d’une personne avec ces détails, des traits de caractères.

En fait, c’est même un portrait assez complet? – Celui qui le remplit répond à 250 questions, qui se veulent à la fois drôles et pertinentes. On transmet un peu de soi à ses descendants. J’ai beaucoup insisté pour que cet ouvrage soit solide, qu’il puisse durer. L’idée est qu’il passe de génération en génération, de le transmettre à son fils afin qu’il en fasse de même avec ses enfants et ainsi de suite.

J.-M. R